lundi 12 septembre 2016

Les championnes du régime sans eau


Voilà presque deux mois qu’il ne pleut pas et que les températures sont au plus haut. Malgré deux petits épisodes pluvieux qui ont permis de rafraichir un peu l’atmosphère et de remplir temporairement les cuves ; juillet et août ont été des mois méditerranéens.

Tout comme l’année dernière les arrosages de survie ont dû reprendre surtout pour les petits arbres et les nouvelles plantations.
Par contre cette année j’ai décidé de conserver le potager.

Voici un premier bilan des plantes qui ont bien résisté à la sécheresse et aux températures folles.


Dans la catégorie arbustes :

Les premiers de la classe :

Les cotinus  « young lady » et « royal purple » qui ont survécus sans aucun arrosage.
L’hamamélis « ruby glow » tout aussi sobre.

cotinus Royal purple au centre planté entre un forsythia et un bouleau

cotinus nain "young lady"

Les caryoptéris « Heavenly Blue » et « Woscerter gold ».

abeille sur une fleur de caryoptéris

Le deutzia setchuenensis "corymbiflora" nouvellement planté ce printemps. Arbuste d’ombre il se montre très prometteur pour sa capacité à survivre en sous-bois sec. Je l’ai arrosé pour la forme mais il n’a jamais montré le moindre signe de soif. Son seul gros défaut : il est appétant pour les lapins !

Le lonicera fragantissima.

au centre la touffe imposante du lonicera

L’heptacodium miconoides « tia shan ».

le petit heptacodium en fleur et déjà attractif pour les insectes

L’hydrangea paniculata « great star » planté à la va vite au printemps et oublié pour les arrosages suivants qui non seulement à survécu mais en plus à fleuri.
Les aubépines
Les cornus mas
Les viornes lantanes

hydrangea paniculata "great star"

Font un peu moins bien mais s’en tirent tout de même avec les honneurs:

Les rosiers, que je n’ai pas arrosés sauf pour les nouvelles plantations. Petit bémol certaines roses ne résistent pas aux chaleurs trop élevées c’est le cas de « Reine des violettes », « Yvonne Rabier » et  « Rosette ». Par contre les fleurs de « Radium » et de « la Marne » n’ont pas brulé et ont duré longtemps.

à gauche les fleurs rose carne de radium

la marne

Mlle Marcelle Gauguin

Les hydrangea quercifolia « snow queen » et « snow flake » ont bien tenu mais j’ai tout de même dû les arroser de temps en temps.

hydrangea quercifolia "snow queen" dans la petite clairière 

Les hydrangea paniculata « bobo » « sundae fraise » et « diamant rouge » plantés dans le massif hyper sec sous les bouleaux avec un arrosage par semaine maxi les jours où le thermomètre a grimpé vers les 40° C.

Dans la catégorie vivaces :

mentions très bien pour :

Les sédum

sédum pourpre "jose aubergine"


bouture de sédum réalisée il y a trois ans par ma fille!

Les heuchères :

heuchère "autumn leaves"

"georgia peach"une pointe de rose dans le massif sans floraison 

heuchère "marmelade" de jolies variations de teintes au fil des mois

Un coup de cœur pour une nouvelle venue la vernonia crinata, belle vivace haute faisant la jonction entre la floraison des sanguisorbes et les asters d’automne. En plus cette belle est très mellifère.


vernonia crinata belle et haute vivace

L’helichrysum italicum.
La molène « clémentine » qui m’a même gratifiée d’une seconde floraison.

helicrysum italicum tellement à l'aise avec la chaleur que j'ai du le tailler

L’agastache « fleur » qui résiste aux hivers depuis trois ans et qui fleuri sans arrosages l’été. C’est la seule que je n’ai pas perdue.

la belle floraison en épis rose organgé de l'agastache "fleur"

Les sauges : salvia nemorosa « caradonna », « amethyst », la salvia superba « rose » et salvia microphylla « violette de Loire » ainsi que salvia ulliginosa.
Les petites véroniques couvre-sol verinoca umbrosa « georgia blue » dont le feuillage est devenu pourpre du fait de la sécheresse comme en hiver et qui ont reverdi à la première averse.
Le géranium « Rosanne » archi connu mais également archi résistant et florifère. Les abeilles sont allées le visiter de nombreuses fois cet été. Je vais en planter plusieurs autres dans le massif des abeilles.

salvia ulliginosa, sauge des marais exubérante sans arrosage

Les népéta « six hills giant ». Je commençais à me lasser de les voir mais comme ils ont fleuri aussi sans arrêt et sans eau et nourri nos belles travailleuses ils ont gagné le droit de rester.

nepeta six hills giant au premier plan toujours en fleurs devant les caryopteris

Mention bien pour :

Les sanguisorbes ; même si « All time high » a peiné cette année, elles ont toutes fleuri même en pleine chaleur.


Les asters qui ont grillé sur les feuilles les plus basses mais qui vont bientôt fleurir.


Les chrysanthèmes au comportement semblables aux asters
Certaines fougères que j’avais choisies pour leur résistance à la sécheresse (cyrtomium fortunei, polystichum bevis, dryopteris filix-mas et osmunda regalis). Elles font un peu la tête ou ont arrêté de grandir mais elles sont toujours là.


Les mauvais élèves toutes catégories confondues :

Les hydrangea macrophylla et serrata.  Mis à part l’hydrangea macrophylla tricolor qui a vraiment trouvé sa place à l’ombre totale dans la cour, les autres ont terriblement souffert et j’ai dû les arroser tous les 2 ou 3 jours. Je les arracherai à l’automne.
Les viburnum lanarth et tomentosum
Le Clethra alnifolia « Pink spire » qui ne peut survivre sans arrosage
Les cimicifuga « brunette » et « chocolate » qui grillent malgré tous les arrosages que je peux leur prodiguer. Je vais également les arracher et les mettre avec les hortensias en sous-bois dans de grandes bassines en galva.

Le paillage même s’il n’a pas été miraculeux, a permis de limiter la casse. J’avais au printemps oublié de pailler un petit massif, j’ai vite constaté la différence.


Je ne sais pas comment vous faites dans vos jardins, avez-vous été comme ici confrontés à des températures très élevées et à deux mois secs ? Comment vous en sortez-vous ?


mardi 2 août 2016

Rétrospective juillet : des floraisons à foison!


Juillet a été époustoufflant, des floraisons comme jamais, rosiers et vivaces ont formé un grand choeur transformant la cour en une chapelle baroque churrigueresque.

Cette profussion qui me plait tant est bien là.

Petit tour au jardin :



le gris bleu des hélicrysum est mis en valeur par le nouveau pavage
verveine "Lollipop"

Je vous rassure, les massifs sont des îlots de couleur dans la cour dont la dominante reste le vert de l'herbe, tourné au jaune paille actuellement vu l'absence de pluie depuis un mois.
L'oeil se repose donc un peu...

Maintenant, voici le massif de la pergola qui lui aussi est bien fleuri, les grands rosiers se reposent, le spectacle est au niveau du sol.



Juillet c'est aussi le mois des roses tardives, je vous ai crié mon amour pour "Rosette" dans mon précédent article, mais ici il n'y a pas qu'elle, il y a aussi "Denise Cassegrain", "Renoncule" et "Jean Mermoz" :

"Denise Cassegrain"
"Jean Mermoz"
"Renoncule"

Des associations de plantes ont bien fonctionné, les floraisons de vivaces plantées il y a peu ont été à la hauteur de ce que j'attendais. Petit inventaire des détails qui m'ont plu :

Il y a l'agastache "Black adder":


détail de la fleur de "Black adder"

Le mélange aérien entre les véroicastrum au longs épis, les veronica spicata "Blauriesin" et longifolia "Marietta" et la verveine de buenos aires :


véronicastrum lavendelturm

veronicastrum "Fascination" (épis lavande pâle à gauche) et veronica spicata "Blauriesin" (épis bleutés)


veronica longifolia "Marietta"

Encore et toujours, les merveilleuses sanguisorba. 
J'ai augmenté ma collection au printemps, j'en ai maintenant une dizaine de variétés, des géantes, des miniatures, des roses, des blanches, des pourpres; pour des floraisons s'échelonnant de mai à août.

sanguisorba atropurpurea
"Tanna"
"Pink tanna"

Mention très bien également pour le rosier "Mme Taft" qui a fleuri pendant presque deux mois et nous a offert ses superbes panicules d'un rose fuchia très lumineux .



Enfin, une association de plantes mellifères hyper résistantes dans mon massif devant la grange, plein sud supportant sans problème la concurrence du grand rosier liane "Clématis et des grimpants "MmeIsaac Pereire" et "Coupe d'hébé". 
Voici le célébrissime géranium vivace "Rozanne" associé à des knautia macédonnia. Ceux-ci se sont même ressemés cette année. 
Je pense en planter plusieurs pieds l'année prochaine dans le massif des abeilles avec d'autres géranium "rozanne" pour qu'ils bouchent les trous et fournissent le nectar dont les abeilles ont besoin.


En voilà une belle justement sur une fleur de bourrache. Le mois de juin a été calamiteux pour elles aussi, elles n'ont pas pu sortir alors que leur population était au plus haut et elles ont manqué de nectar et de pollen. Depuis qu'il fait beau c'est un peu comme si elles se rattrappaient. On les voit partout.


On se quitte sur cette vue du jardin qui me plait tant :