dimanche 26 avril 2015

Les Epimedium ou Fleurs des Elfes

Epimedium Night Mistress 


Epimedium Amber Queen au fond
et Rubrum devant


En ce moment, c’est la floraison des Epimedium  ou « Fleurs des Elfes » en langage vernaculaire. 

Personnellement, même si je n’ai jamais rencontré d’elfe, je veux bien croire que si des elfes se trouvaient sous une fleur ce serait celle-ci, tant les clochettes exquises et délicates ont des allures de couvre-chef elfique.

Plus sérieusement pour apprécier ces vivaces jolies mais discrètes il faut laisser ses yeux se promener au niveau du sol. Elles ne se révèlent qu’aux flâneurs…

Elles ont pourtant beaucoup de qualités, tout d’abord une très jolie et plutôt longue floraison printanière en mars-avril, à une époque où les fleurs ne sont pas nombreuses avec une gamme étendue de coloris : jaune, rose, rouge, blanc et même violet ou bicolore. 

Epimedium versicolor sulphureum, le plus couvrant
Epimedium Orange Koningin
Ensuite elles possèdent de jolies feuilles coriaces, persistantes (pour certaines espèces seulement)  uniformes,  marbrées, veinées ou encore en forme de cœur. 

Dans certains ouvrages on préconise de couper le feuillage avant la fin de l’hiver. Je ne l’ai jamais fait car je ne veux pas m'en priver et parce que je trouve qu’il met bien en valeur la floraison, les nouvelles feuilles n'apparaissant qu'après les fleurs.

Enfin quand vous avez de l’ombre sèche au jardin, comme au pied des arbres, certaines variétés d’épimédium sont très résistantes et y vivent très bien, sans se montrer envahissantes.

Je les ai découverts il y a quelques années dans le jardin d’amis où ils formaient de véritables couronnes autour de noisetiers. J'en suis repartie avec quelques rhizomes que j’ai plantés dans le sous-bois. Depuis, j’ai également acheté d'autres spécimens en pépinière mais tous n’ont pas survécus.


Les clochettes d'Amber Queen se détachent nettement du feuillage
"Flower of sulphur", "Fire Dragon" et "Artic wings" ont disparus très vite. Il ne reste qu'"Amber queen", "Rubrum", "Orange königin", "Night Mistress" et la variété ramenée de chez mes amis assez proche d’"Epimedium Versicolor Sulphureum".

En terme de soins, j’ai gardé un œil sur eux la première année de plantation et je les ai arrosés régulièrement. Depuis, sauf à les saupoudrer d’un peu de compost à l’automne, je ne fais rien d’autre...




Juste m’attendrir devant la beauté de ces fleurs miniatures…










le jeune feuillage vert tendre...

lundi 20 avril 2015

Les premiers radis...


Ce soir nous avons ramassé et croqué les premiers radis du potager.

Je les avais semés en ligne, mi-mars, sous les châssis avec les carottes. 

Cette  première récolte sera suivie de beaucoup d’autres car les radis de printemps sont les légumes que je sème le plus, toutes les 2 à 3 semaines environ, pour en avoir tout le temps jusqu’à fin juin.

sous les chassis les radis, salades
 et petites pousses de carottes
Pour les novices, voici ma méthode qui fonctionne bien sur une terre lourde et froide. Sur un sol propre, biné et désherbé, tracer un sillon au râteau, puis semer les radis. Personnellement j’utilise un semoir, ça m’évite d’en semer trop et d’avoir des radis qui partent en fils (la racine ne gonfle pas). Recouvrir en suite de sable, juste un peu pour cacher les graines et plomber (c’est-à-dire tasser la terre, avec le dos du râteau), puis arroser. Le semis en ligne est très pratique car il permet de bien désherber, les mauvaises herbes poussent de toute façon beaucoup plus vite que les radis.

J’ai deux types de sachets de graines pour les radis de printemps : des longs de 18 jours et des ronds en mélange.

Si vous débutez, je vous conseille les radis longs de 18 jours car ils poussent rapidement et il est aisé de voir à quel moment on peut les récolter.
Depuis quelques années, je sème également des radis ronds en mélange pour avoir un assortiment de radis roses, blancs,  violets et  jaunes, aux saveurs légèrement différentes.
C’est joli, bon et original….

les chassis anciens restaurés très jolis...
 mais si lourds à soulever...


mardi 7 avril 2015

la salamandre et le triton


Salamandre tachetée à gauche et triton marbré à droite

Cette semaine nous avons revu la salamandre dans la cave sous la maison.
Cette fois elle n'était pas seule, il y avait, pour lui tenir compagnie un triton. Il s'agirait d'un triton marbré, espèce protégée tout comme la salamandre.
C'est la première fois que nous l'apercevons.
Bienvenue !