Le bouturage des buis


Avec un grand jardin, l’achat de vivaces ou  de plantes en container peut vite se révéler très onéreux. Depuis quelques années, je multiplie les variétés que j’aime en les bouturant.

J’ai découvert le buis ici, au jardin. Il y avait cette belle haie basse qui courait le long de la maison et qui n’avait pas été taillée depuis des décennies. Comme je devais la rabattre, elle dépassait l’appui des fenêtres, je m’y suis pris sur deux années, coupant bien trente centimètres à l'arrière, puis l’année suivante, à l'avant.

Mais que faire de toutes ces branches coupées? ça me faisait mal au cœur de les jeter. J’ai rempli trois ou quatre jardinières de terre et je les ai bouturées. Et ça a fonctionné !

Depuis j’ai affiné ma technique, ou plutôt celle de mon beau-père :

étape 1 : une jardinière,
des branches de buis, un mélange de terre
et de terreau et un 1/2 arrosoir d'eau
Tout d’abord je procède plutôt à l’automne, j’ai de meilleurs résultats qu’au printemps.

J’utilise de petits bouts de branche d’environ 10 cm de longueur sur laquelle il y a une partie de bois blanc que je détache à la main de la branche principale.

Cette déchirure sera en contact avec la terre et de là sortiront les racines.

Plus cette surface est importante, meilleur sera l’enracinement, c’est pour cela que je n’utilise pas le sécateur.

Je prépare une jardinière dans laquelle je verse un mélange de terre de jardin (2/3) et de terreau (1/3).

Je sature en eau en versant environ 5 litre d’eau (1/2 arrosoir), puis j’attends que la terre se ressuie, c’est-à-dire qu’elle s’égoutte soit une demi-heure après au minimum.

J’y plante mes branches en les enfonçant jusqu’aux premières ramifications. Je place la jardinière à l’ombre en surveillant l’arrosage durant l’été.

les petites branches sont plantées
c'est terminé !
Deux années plus tard mes boutures peuvent être transplantées.

J’ai également essayé de bouturer directement en pleine terre mais le taux de réussite est bien moins bon, environ de 20%; alors qu’en jardinière il est plus proche de 90%.

Çà fonctionne moins bien du fait des oiseaux qui grattent la terre, du désherbage autour des boutures et du manque d’arrosage régulier.



en haut à gauche les boutures faites avec la méthode
de mon beau-père, très touffues; à droite l'autre
méthode : les buis sont pris mais tout petits 
J’ai également essayé une autre méthode trouvée dans un livre sur les buis qui se pratique avec des jeunes pousses de buis d’un an, car la méthode de mon beau-père nécessite d’avoir des buis adultes. Mais les boutures obtenues ont bien moins de force.

J’ai déjà planté plusieurs dizaines de mètres de bordures de buis issus majoritairement de boutures effectuées selon la méthode de mon beau-père. 




la différence de couleur entre les buis de bordure
et celle des topiaires
J’y trouve plusieurs avantages :

économique tout d’abord, mes boutures ne m’ont coûté qu’un peu de terreau;

esthétique ensuite car  une année j’avais acheté des buis topiaires et lorsque les feuilles ont débourrées je me suis rendue compte, horrifiée, que les jeunes feuilles n’avaient pas les mêmes nuances.
Les miennes avaient des teintes dorées alors que celles des topiaires achetées étaient bleutées.


J’ai dû arracher les topiaires et les replanter ailleurs...

buis agés de 3 ans


Le dernier avantage est sanitaire, mes buis ne sont pour l’instant pas touchés par les maladies cryptogamiques : Cylindrocladium buxicola et Volutella buxi, ces champignons causant le dépérissement et la mort des sujets atteints.

Je redoute en achetant des plantes infestées d’introduire ainsi le loup dans la bergerie.


J’ai déjà assez à faire avec la pyrale du buis qui est venue me visiter ce printemps.
voir l'article sur la pyrale du buis



le même endroit 4 ans plus tard :
la bordure s'est densifiée,
il faut juste être patient
Malheureusement comme les buis sont de plus en plus menacés, je cherche également à diversifier mon panel de plantes pour la réalisation des haies : charmilles, ifs, peut être ilex, fusains ou cotonéasters.

A suivre...

Commentaires

  1. C'est vrai que les boutures permettent de faire de bonnes économies non négligeables ! Merci pour l'explication de cette méthode car ce n'est malheureusement pas toujours facile de réussir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Lulu,
      Il faut se lancer, ça ne te coutera rien d'essayer plutôt que de jeter les tailles de buis... Ce qui sera pris, c'est toujours ça de gagné!
      Bon Week end

      Supprimer
  2. C'est une bonne méthode que j'ai utilisée il y a quelques années pour bouturer mes vieux buis, j'avais ainsi fait une petite bordure ombragée. Hélas, depuis, la pyrale a sévi !
    Bon dimanche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,
      Et est-ce que tu penses en venir à bout maintenant? J'ai trouvé un deuxième buis atteind.
      A bientôt

      Supprimer
  3. Coucou ! Les bourduresen buis sont jolies, j'ai aussi dans mon jardin à la campagne des bourdures très anciennes. J'ai aussi tenté le boutarage...Cela fonctionne mais comme tu le fais remarquer : patience !
    Tes bordures de quatre ans sont bien étoffées !
    Félicitations car de la patience tu en as , des doigts verts aussi !
    Belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,
      Si le jardinage m'a bien appris quelque chose, c'est la patience! Moi qui veux tout toute suite. Mais je préfaire bouturer et attendre plutôt que d'avoir des bordures qui deviennent bicolores car ce ne sont pas les mêmes espèces....
      Bonne fin de week end

      Supprimer
  4. Bonjour Bénédicte,
    j'aime beaucoup les buis et j'ai d'ailleurs déplanté tous ceux que j'avais dans mon ancien jardin sauf les petites bordures.
    Je n'ai jamais essayé les boutures, l'idée est intéressante pour les bordures justement. Mais avec l'intrusion des pyrales cet été, il est prudent de diversifier les plantes en effet ! Je pense opter pour des pittosporum tobira désormais. Il forment de gros coussins et affichent de belles rondeurs comme des boules de buis. Les ilex crenata sont aussi une alternative parfaite.
    Affaire à suivre.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Alix,
      Je croyais les pittosporum gélifs, je les avaient sortis de ma liste, mais en regardant ils supportent -12°C. Alors pourquoi pas... J'ai pensé tout comme toi aux ilex crenata qui, je trouve, se rapprochent le plus des buis au niveau eshtétique...
      Je n'ai pas encore pris de décision à ce sujet.
      Affaire à suivre en effet...
      Bises

      Supprimer
  5. Ton article est vraiment bien détaillé Bénédicte. Je crois que les boutures pratiquées par ton beau père sont des boutures à talon. ce sont celles qui reprennent le mieux, tu as raison. J'aime bouturer et quand je le peux, je fais de même que toi. C''est une économie certaine pour peupler un jardin.Pour les buis, c'est vrai que ça craint avec les maladies.En remplacement , pas grand chose : les ilex, pas pour notre terre calcaire, ils aiment l'acidité. J'ai tenté et puis enlevé. Mon unique pittosporum a gelé l'hiver 2012 et je n'ai pas réessayé. Nous faisons des topiaires avec des loniceras à très petites feuilles.Pour une haie , ce n'est sans doute pas top car il fait souvent les tailler. Je crois que rien ne remplacera vraiment les buis. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Maryse
      Je suis bien d'accord avec toi... les buis sont irremplaçables... j'avais éliminé les lonicera du fait de leur côté trop poussant.
      J'ai planté des ilex crenata fastigata et pour l'instant il ont l'air de tenir, mon terrain est neutre, le calcaire de Beauce commence quelques kilomètres plus loin.
      Bises

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

articles les plus consultés

Les championnes du régime sans eau

Rétrospective juillet : des floraisons à foison!

Paul transon, un gentil géant.

Aménagement de la cour, épisode 2 : la mise en oeuvre sur le terrain

La bouture à l’étouffée

Le sentier aux bassines (le bois jardiné 2)

Le jardin sauvage

Rétrospective mars : émergence

La floraison des rosiers

Un an ensemble