lundi 28 mars 2016

Rétrospective mars : émergence



Trois jours pour un long week-end, avec une alternance pluie et soleil et un vent soufflant quasiment sans relâche. J’ai consacré mon temps libre au jardin mettant à profit chaque instant de répit accordé par la météo capricieuse.  C’est le grand ménage de printemps qui continue à un rythme effréné.

Ce n’est pas de la frénésie qui m’habite dont je voulais vous parler. Ce qui m’a frappé ce week-end c’est l’émergence perceptible de la nature. Après deux semaines sans pluie, l’eau tombée sur le jardin a eu l’effet du baiser du Prince à la Belle au bois dormant. L’heure du réveil a sonné.


J’ai vu des aulx sortir de terre en une journée. Les narcisses Thalia éclosent sous notre regard, les tulipes se préparent. Dans le fonds de la prairie, les coucous que l’on entrevoyait à peine se hissent sur leurs tiges. 

narcisse "thalia"

le groseillier sanguin va bientôt fleurir
les boutons de la pivoine "duchesse de Mornay"
renoncule ficaire détail

le tapis doré des renoncules

Les haies s’étoffent de jour en jour. Elles se nimbent par endroit d’une sorte de brouillard rose de fleurs de prunus pissardii, de blanc des prunus spinosa et de vert des aubépines qui débourrent. Bientôt ce sera le tour des grands arbres donnant à notre bois  l’apparence d’une muraille verte. 

sureau "Black Lace"

sureau "Madonna"


bourgeon de marronnier

merisier grappes


Au verger, les fruitiers fourbissent leurs bourgeons. 
On sent la sève circuler… 

poirier

pêcher

cognacier




prunier sauvage


prunus spinosa
prunus pissardii

mardi 22 mars 2016

C’est le printemps !



Depuis quelques jours on le sent frémir… Même si ici les températures sont encore fraiches et le vent desséchant, il arrive le printemps tant attendu.

Alors la jardinière s’affaire, les rosiers sont taillés et palissés depuis quelques semaines déjà. 
Les sacs de compost et de paillage répartis un peu partout le long des massifs.



C’est le tour maintenant de planter les bordures de buis que j’avais bouturés il y a trois ans. J’en ai profité pour matérialiser le bord de mon massif « de la lasagne » avec des briques.


En attendant le jardin s’éveille doucement avec les floraisons des jacinthes, des jonquilles et des violas. Dans la prairie les violettes et les pâquerettes ponctuent l’herbe de minuscules tâches de couleurs en attendant la marée jaune des coucous.

echeveria dans la bassine en galva

crocus "pickwick" dans l'herbe



jacinthe "splendid Cornelia"

les violettes bleues dans la prairie

à certains endroits il y en a des blanches...
narcisses en mélange

narcisse Rip Van Winckle, un des mes favoris


Les oiseaux  curieux, sont venus observer tout ce remue-ménage…



un nouveau venu,  sans doute de passage, peut-être un pinson du nord,
il va bientôt repartir vers sa zone de nidification : la Scandinavie et les pays Baltes

pratique les briques posées au sol...

la lasagne, comment ça marche?...