lundi 12 septembre 2016

Les championnes du régime sans eau


Voilà presque deux mois qu’il ne pleut pas et que les températures sont au plus haut. Malgré deux petits épisodes pluvieux qui ont permis de rafraichir un peu l’atmosphère et de remplir temporairement les cuves ; juillet et août ont été des mois méditerranéens.

Tout comme l’année dernière les arrosages de survie ont dû reprendre surtout pour les petits arbres et les nouvelles plantations.
Par contre cette année j’ai décidé de conserver le potager.

Voici un premier bilan des plantes qui ont bien résistées à la sécheresse et aux températures folles.


Dans la catégorie arbustes :

Les premiers de la classe :

Les cotinus  « young lady » et « royal purple » qui ont survécu sans aucun arrosage.
L’hamamélis « ruby glow » tout aussi sobre.

cotinus Royal purple au centre planté entre un forsythia et un bouleau

cotinus nain "young lady"

Les caryoptéris « Heavenly Blue » et « Woscerter gold ».

abeille sur une fleur de caryoptéris

Le deutzia setchuenensis "corymbiflora" nouvellement planté ce printemps. Arbuste d’ombre il se montre très prometteur pour sa capacité à survivre en sous-bois sec. Je l’ai arrosé pour la forme mais il n’a jamais montré le moindre signe de soif. Son seul gros défaut : il est appétant pour les lapins !

Le lonicera fragantissima.

au centre la touffe imposante du lonicera

L’heptacodium miconoïdes « tia shan ».

le petit heptacodium en fleur et déjà attractif pour les insectes

L’hydrangea paniculata « great star » planté à la va-vite au printemps et oublié pour les arrosages suivants qui non seulement a survécu mais en plus a fleuri.
Les aubépines
Les cornus mas
Les viornes lantanes

hydrangea paniculata "great star"

Font un peu moins bien mais s’en tirent tout de même avec les honneurs:

Les rosiers, que je n’ai pas arrosés sauf pour les nouvelles plantations. Petit bémol certaines roses ne résistent pas aux chaleurs trop élevées c’est le cas de « Reine des violettes », « Yvonne Rabier » et  « Rosette ». Par contre les fleurs de « Radium » et de « la Marne » n’ont pas brulé et ont duré longtemps.

à gauche les fleurs rose carné de radium

la marne

Mlle Marcelle Gauguin

Les hydrangea quercifolia « snow queen » et « snow flake » ont bien tenu mais j’ai tout de même dû les arroser de temps en temps.

hydrangea quercifolia "snow queen" dans la petite clairière 

Les hydrangea paniculata « bobo » « sundae fraise » et « diamant rouge » plantés dans le massif hyper sec sous les bouleaux avec un arrosage par semaine maxi les jours où le thermomètre a grimpé vers les 40° C.

Dans la catégorie vivaces :

mention très bien pour :

Les sédum

sédum pourpre "jose aubergine"


bouture de sédum réalisée il y a trois ans par ma fille!

Les heuchères :

heuchère "autumn leaves"

"georgia peach"une pointe de rose dans le massif sans floraison 

heuchère "marmelade" de jolies variations de teintes au fil des mois

Un coup de cœur pour une nouvelle venue la vernonia crinata, belle vivace haute faisant la jonction entre la floraison des sanguisorbes et les asters d’automne. En plus cette belle est très mellifère.


vernonia crinata belle et haute vivace

L’helichrysum italicum.
La molène « clémentine » qui m’a même gratifiée d’une seconde floraison.

helicrysum italicum tellement à l'aise avec la chaleur que j'ai du les tailler

L’agastache « fleur » qui résiste aux hivers depuis trois ans et qui fleurit sans arrosage l’été. C’est la seule que je n’ai pas perdue.

la belle floraison en épis rose organgé de l'agastache "fleur"

Les sauges : salvia nemorosa « caradonna », « amethyst », la salvia superba « rose » et salvia microphylla « violette de Loire » ainsi que salvia ulliginosa.
Les petites véroniques couvre-sol verinoca umbrosa « georgia blue » dont le feuillage est devenu pourpre du fait de la sécheresse comme en hiver et qui ont reverdi à la première averse.
Le géranium « Rosanne » archi connu mais également archi résistant et florifère. Les abeilles sont allées le visiter de nombreuses fois cet été. Je vais en planter plusieurs autres dans le massif des abeilles.

salvia ulliginosa, sauge des marais exubérante sans arrosage

Les népéta « six hills giant ». Je commençais à me lasser de les voir mais comme ils ont fleuri aussi sans arrêt et sans eau et nourri nos belles travailleuses ils ont gagné le droit de rester.

nepeta six hills giant au premier plan toujours en fleurs devant les caryopteris

Mention bien pour :

Les sanguisorbes ; même si « All time high » a peiné cette année, elles ont toutes fleuri même en pleine chaleur.


Les asters qui ont grillé sur les feuilles les plus basses mais qui vont bientôt fleurir.


Les chrysanthèmes au comportement semblable aux asters
Certaines fougères que j’avais choisies pour leur résistance à la sécheresse (cyrtomium fortunei, polystichum bevis, dryopteris filix-mas et osmunda regalis). Elles font un peu la tête ou ont arrêté de grandir mais elles sont toujours là.


Les mauvais élèves toutes catégories confondues :

Les hydrangea macrophylla et serrata.  Mis à part l’hydrangea macrophylla tricolor qui a vraiment trouvé sa place à l’ombre totale dans la cour, les autres ont terriblement souffert et j’ai dû les arroser tous les 2 ou 3 jours. Je les arracherai à l’automne.
Les viburnum lanarth et tomentosum
Le Clethra alnifolia « Pink spire » qui ne peut survivre sans arrosage
Les cimicifuga « brunette » et « chocolate » qui grillent malgré tous les arrosages que je peux leur prodiguer. Je vais également les arracher et les mettre avec les hortensias en sous-bois dans de grandes bassines en galva.

Le paillage même s’il n’a pas été miraculeux, a permis de limiter la casse. J’avais au printemps oublié de pailler un petit massif, j’ai vite constaté la différence.


Je ne sais pas comment vous faites dans vos jardins, avez-vous été comme ici confronté à des températures très élevées et à deux mois secs ? Comment vous en sortez-vous ?


26 commentaires:

  1. Il a fait extrêmement sec cet été, comme l'été dernier d'ailleurs. Du coup, on a beaucoup arrosé les massifs et le potager mais comme notre jardin n'est pas bien grand c'est beaucoup plus facile à gérer que ton jardin. Je comprends que tu dois beaucoup t'intéresser à la résistance à la sécheresse avant de planter. Moi-même j'y prête de l'importance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Lulu,
      En l'espace d'un mois les plantes sont passé d'un temps humide et froid au mois de juin à un temps chaud et sec (juillet, août et septembre) c'est dur de suivre au jardin.
      Là dessus avoir une petite surface c'est sur que c'est un atout pour l'arrosage. Avec mes presque 5000m2 et mes 200 petits arbustes de haie plantés il y a deux ans ça devient difficile à gérer. De la gestion d'urgence en quelque sorte.
      Le paillage ça aide mais lorsque le thermomètre s'affole et qu'il n'y a pas une goutte d'eau les plantes grillent. Je constate impuissante les dégats des feuilles recroquevillées par le vent chaud et sec et je ne vois pas trop ce que je peux faire.
      Je voulais créer un grand massif avec des viburnum plicatum mais vu comment ils se comportent je pense que je vais le créer avec des aubépines décoratives car les craetagus supportent bien mieux la sécheresse.
      bises et courage ils annoncent encore très chaud pour demain

      Supprimer
  2. Coucou Bénédicte, je suis contente pour toi, ton jardin s'en tire bien et t'offre de belles floraisons malgré la sécheresse. Mais tu es une fine jardinière, tu as su choisir des plantes résistantes . Comme dans ton jardin, ici les hydrangeas ne s'en tirent pas vraiment bien!
    Bonne semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir jacqueline,
      Mon jardin ne s'en tire pas si bien que ça! Dans la cour devant la maison, là où il n'y a qu'un ou deux cm de terre il n'y a plus d'herbe verte. Je pense semer du trèfle car j'ai vu qu'il s'en sortait bien mieux. Encore plus résistant que lui, il y a le liseron mais il ne faut pas exagèrer je ne vais tout de même pas favoriser cette peste!
      ça me chagrine pour les hortensia mais je ne vais pas continuer comme ça très longtemps. Les voir avec leurs feuilles pendantes, les fleurs grillées et racornies, ça me crève le coeur.Je vais essayer cette solution de les planter dans des bassines dans le bois. Sinon ils vont tous crever. Et même si j'adore ces plantes, les maintenir en vie n'est pas dans ma mentalité. Je ne veux pas de plantes assistées.
      bonne semaine à toi aussi
      bises

      Supprimer
  3. Coucou Béné. Ici, il a plus assez souvent en juillet et ce n'est que depuis 2 semaines et demi qu'il fait sec... On annonce encore trois jours à 30 degrés et puis nette baisse des températures avec la pluie annoncée pour ce vendredi. Avec ma terre argileuse et le paillage, pas de soucis pour les plantes hormis les hydrangea paniculata qui ont dur. Ils sont plantés en plein soleil. Ils ont eu droit à quelques arrosages. Enfin, tu versa bientôt tout ça par toi même. Gros bisous et à bientôt. Béné

    RépondreSupprimer
  4. Coucou Béné,
    Tu en as bien de la chance! Ici ça a été l'enfer, des températures qui ont monté très souvent au dessus des 35°c et pas d'eau. Par contre on a plein de tomates!
    L'arrosage des jeunes arbustes, des vivaces et du potager m'a pris un temps fou.
    J'ai hâte de te revoir et de visiter ton univers.
    Bises

    RépondreSupprimer
  5. Je suis aussi sur la région d'Orléans et j'ai donc eu les mêmes températures que toi. Je n'ai pas pris de risque, j'ai arrosé tous mes plantes en pots, mes massifs et mon potager. Quelques feuilles ont cramé mais tout a tenu le coup. Dans le potager, échec avec les haricots et les salades.
    Ils va fal9loir s'habituer à ces conditions ; le climat change
    A bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Elise,
      Chez moi aussi pas trop de pertes, mais tout de même 1 ou 2 petits buis et quelques petits arbustes dans la haie ne vont pas survivre. J'ai environs 350 plantes à arroser car j'ai beaucoup de nouvelles plantations. Je ne peux pas tout arroser, trop de temps à y passer et trop d'eau utilisée.
      Pour le potager j'ai bien réussi les salades car j'ai trouvé un endroit ensoleillé le matin et le soir et à l'ombre aux heures les plus chaudes. On s'est régalé de laitues croquantes en plein mois d'août!
      Toi comme toi j'ai loupé mes semis d'haricots. Par contre, j'ai semé des haricots grimpants qui ont très bien réussi. J'abandonne totalement les haricots nains sans filet l'année prochaine pour ces haricots à rame en plus très esthétiques : les fleurs et les haricots sont violets.
      Et puis grâce à ces chaleurs qu'est-ce qu'on mange comme tomate!
      Bonne semaine

      Supprimer
  6. Il n'a presque pas plu en juillet et aout mais nous avons eu u vrai déluge en juin alors la sécheresse est de surface, les plantes vivaces ont soif, piquent du nez sans arrosage mais les arbres et arbustes dont les racines sont plus profondes ne souffrent pas du sec.
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Sylvaine,
      Tu as raison, mes rosiers aux racines profondes et les arbustes de mes haies se portent bien. Ce sont les vivaces qui sont les plus impactées par cette sécheresse.
      Le problème vient des nouveaux plantés qui souffrent pour les 2ème été de leur courte existance.
      Par contre, en me promenant en forêt j'ai remarqué de nombreux arbres qui sont en train de griller. C'est inquiétant. Ces changements bruteaux les fragilisent beaucoup.
      Chez mes voisins, les arbres continuent de dépérir car ils sont attaqués par un champignon. Hélàs celui-ci ne connait pas les limites de propriété et ils se pourrait qu'il vienne faire un tour chez moi.
      On verra bien. De toute façon il n'y a trop rien que je puisse faire pour empêcher sa venue.
      Bonne soirée

      Supprimer
  7. Un article qui va en interesser plus d'un!
    Dur dur d'être jardinier depuis quelques années: la meteo est excessive auccibien dansun sens que dans l'autre. Chezmoi les plantesdoivent résister au très sec et très humide (inondations fréquentes), au très froid et au très chaud. Autant dire que ça devient très dur de trouver celles qui résistent à tout ça!
    Il faut tirer des leçons de ce qui marche, ce qui ne marche pas et persévérer. J'espère que tu n'auras pas trop de pertes, surtout au niveau des jeunes plantations.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Sophie,
      Nous avons des épisodes extrèmes de plus en plus rapprochés.
      Je te suis à 100% sur la difficulté de savoir qui planter. Par exemple les plantes méditerranéennes qui semblent parfaitement adaptées pour cette période de sécheresse estivale détestent avoir les racines dans l'eau. Or en juin il n'a fait que de pleuvoir et nous avons été innondés!
      Je vais continuer mes tests de plantes et de situations. Je ne baisse pas les bras. Je pense aussi que les haies sont une vraie bénédiction, elles filtrent le vent sec et l'herbe est plus verte à leur pied.
      Je vais aussi rempacer l'herbe par le trèfle. Je sais que tout le monde n'aime pas le trèfle mais c'est bon pour les abeilles et je préfaire avoir une pelouse pleine de trèfle qu'un paillasson tout sec.
      Je n'ai pas trop perdu de plantes, quelques arbutes de haie et petits buis. Certaines des clématites que je croyaient grillées repointent le bout de leur nez. Le végétal est plein de ressources!
      Bises

      Supprimer
  8. Bonjour Béné,
    par quoi commencer ? ! Je ne sais même plus ce que jardiner veut dire tellement dans le sud, c'est la galère ! J'ai 3 gros buis qui sont en train de rendre l'âme. Je suis obligée d'arroser sinon je n'aurais aucune plante mais la moindre absence de mon domicile est une prise de risque. Avec tristesse, je fais une croix sur les rosiers galliques et tous les hydrangea. Je les remplace par des lauriers-roses qui sont de vrais stars ici. Il y a de très belles variétés à fleurs doubles dans des couleurs crème, blanc, rose pâle... Les hibiscus syriacus sont bien fleuris aussi et résistants.
    Le géranium Rozanne est le seul à tirer son épingle du jeu, parmi ses congénères.
    Je t'avoue que ma motivation à jardiner est émoussée...
    Bises


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Alix,
      Je compatis... tu aimes tellement les roses, ça doit être dur. Bon au moins chez toi "R. chinensis mutabilis" ne gèle pas! Peut être peux-tu essayer le Rosier de banks lutea? Je l'ai planté cet hiver et il pousse comme un fou.
      Contrairement à toi je pense pouvoir conserver mes hydrangea en les plantant dans des grandes bassines en galva que je laisserai dans le sous-bois. Si ça ne fonctionne pas ils déménageront en vendée chez ma mère retrouver des cieux plus cléments.
      Tout comme toi j'ai remarquer la résistance de Rozanne.
      Courage, je suis sure que tu vas trouver des associations inédites dans lesquel les rosiers vont avoir encore les premiers rôles.
      Bises

      Supprimer
  9. Il semble que ton jardin ne s'en tire pas trop mal. Comme toi, je souhaite un jardin "autonome" et refuse de passer mon temps à arroser. Avec deux mois secs et chauds, voire très chaud, il a bien fallu que je m'y mette, mais je n'ai arrosé que les plantations récentes, les pots dont je limite le nombre et ceux qui tout à coup tiraient le signal d'alarme. Je ferai le bilan au printemps prochain, je crois qu'il est trop tôt pour avoir chez moi qui va vraiment s'en sortir ou qui nous fera la mauvaise surprise de se laisser aller tout à coup. Bonne semaine. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Florence,
      Je fonctionne comme toi. En plus des chaleurs exceptionnelles et de la sécheresse j'ai une partie boisée avec de grands arbres qui ont aussi de grandes racines. C'est là tout mon challenge : trouver des végéteaux qui accèptent de pousser avec une concurrence racinaire féroce et une sécheresse accentuée l'été.
      La solution viendra des pépiniéristes pas des jardineries...
      Tiens moi au courant de ce qui à marché chez toi, je suis preneuse...
      Bises

      Supprimer
  10. Chez moi, dans l'Allier idem: 2 mois et demi de sec avec du vent et des grosses chaleurs. Les hydrangeas sont très moches malgré des arrosages réguliers. le quercifolia qui est bien à l'ombre résiste bien. le Serrata en est à sa 4em place au jardin. Il a bien commencé la saison mais est devenu sec et pendouillant ensuite. Les hémérocalles ont été à peu près belles et les roses n'ont pas remonté. Le cornus Kousa a dû être copieusement arrosé car ses feuilles commençaient à griller. Heureusement que j'ai un puits qui a tenu le coup jusqu'au 10 sept en économisant. Par contre ni tomate ni courgettes malgré de bons soins! Pareil pour mes voisins. Les dahlias sont moches aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marie,
      Je vois que nous arrivons à peu près tous et toutes aux mêmes constats.
      Pour tes rosiers qui n'ont pas remonté c'est possible qu'ils le fassent maintenant si les températures restent douces.
      Quand aux tomates, chez moi j'utilise beaucoup le paillage, ce qui je trouve permet de limiter vraiment l'évaporation et d'espacer les arrosages.
      Aucune courgette chez moi non plus, car en mai et juin suite aux pluies diluviennes nous avons été envahvis par les limaces et les escargots qui se sont empressés de brouter tous mes semis de courgettes. Les jardineries ont été dévalisées et je n'ai pas trouvé de plants...
      Deuxième année aux conditions climatiques cahotiques, je crains que nous devions nous aussi nous adapter...
      Bonne soirée

      Supprimer
  11. Hello Bénédicte, super cet article sur les résistantes ou non ! Les sauges sont une valeur sûre et ici où il n'y a pas eu non plus de pluies de l'été elles s'en donnent à cœur joie. Pour le moment je ne vois pas de perte et j'ai pourtant été pas mal absente. Certains hydrangeas ont souffert mais sont toujours là, un bon arrosoir et ils se redressent illico.
    J'ai remarqué que certain macrophylla plantés en pot à l'ombre légère de hauts chênes et frênes s'en sortent bien. Un spécialiste pour une plantation en pot conseille du terreau à géranium en plus de la terre et surtout surtout pas de terre de bruyère !!!Donc en bassine cela devrait le faire. Bizzzzh.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Maryline,
      Merci pour tes remarques pour les hydrangéas macrophylla. J'avais aussi constaté que le terreau est un substrat qui sèche trop en été, je n'en utiliserai donc très peu dans mes bassines, juste un peu pour alléger ma terre. Je pense franchement que les mettre dans le sous-bois dans les bassines, est le seul moyen de survivre chez moi. Verdic à la fin de l'été prochain.
      Bonne semaine

      Supprimer
  12. Ton article est très intéressant! C'est une mine d'informations pour aider à sélectionner les plantes qui résistent à la sécheresse! Et tes photos sont toujours aussi belles!
    Bonne semaine, bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Malo,
      Tu sais que maintenant dans les pépinières ou les fêtes des plantes c'est une des questions que je pose sans cesse.
      De temps en temps je craque pour une belle assoiffée mais ça devient une exception.
      Bises

      Supprimer
  13. Entre les plantes qui aiment la chaleur mais pas les terrains lourds et vice versa le jardin devient un véritable casse-tête surtout, lorsque comme moi, on ne possède pas beaucoup d'endroits à l'ombre. Peu de pertes mais, oh! la vilaine, beaucoup d'arrosages, véritable corvée en bonne compagnie des moustiques très voraces cette année. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Isa,
      oui dur dur de faire des choix surtout que ces plantes super résistantes à la sécheresse détestent bien souvent avoir les pieds dans l'eau... Ce que nous avons eu au printemps.
      Cette année j'ai arrosé le potager pour le sauver. Ne pas manger de légumes frais pendant presque un an m'était devenu impossible.
      Bon week end

      Supprimer
  14. Tu peux être fière de toi : dans l ensemble tes choix sont pertinents pour des championnes de l abstinence !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Jacqueline,
      Et toi qu'as-tu fait dans ton jardin cet été? Comment as-tu géré cette pénurie d'eau?

      Supprimer