vendredi 10 mars 2017

La technique de l’arcure.


Au jardin, un de mes rosiers n’est pas taillé comme les autres, pour lui j’utilise une technique particulière qui s’appelle l’arcure.

Il y a quelques années de ça alors que je cherchais le rosier-mouton à cinq pattes : violacé, remontant, parfumé, grand mais pas trop encombrant, pour animer un fond de massif; Francia Thauvin ma rosiériste, me fit cette proposition étrange : planter « Reine des Violettes ». Devant mon œil interrogateur, c’était un petit grimpant tout de même, elle me suggéra d’utiliser l’arcure pour le conduire. L’idée me plut et voilà que depuis j’utilise cette technique pour lui.

le matériel nécessaire : un sécateur, des sardines et une bobine de liens
Qu’est-ce que l’arcure ?

Au départ ce terme désigne le fait de courber une tige, un branche ou un sarment de vigne afin d’obtenir plus de fruits.

C’est ce que l’on fait lorsque l’on palisse à l’horizontale les branches des rosiers.

Chez nous je me sers de l’arcure pour conduire un grimpant en buisson.

L’avantage c’est qu’on a besoin de peu de choses : pas besoin d’attendre que votre mari vous installe des fils le long du mur par exemple…

Un sécateur, une bobine de liens et quelques sardines suffisent.





Tout d’abord je repère les tiges que je vais utiliser : jeunes de préférence car il faut qu’elles puissent se courber facilement ; et bien réparties sur l’ensemble du rosier.

"Reine des violettes" avanrt de commencer; notez les branches anciennes arquées
et les nouvelles pousses toutes droites
J’élimine le reste : celles que j’ai utilisées l’année passée, ou celles d’avant et qui désormais trop faibles ne produiront plus beaucoup de fleurs ; ou encore les tiges trop petites ou en surnombre.

la base du rosier après éliminations des tiges trop anciennes ou en surnombre
Puis je prends une à une les tiges sélectionnées et j’attache leur extrémité à une sardine plantée au sol.

allez on commence! j'essaie de courber le première tige
Si la tige est plus ancienne et plus difficile à plier j’en utilise une seconde pour courber le début de la tige souvent plus raide.

la base est plus ancienne, je rajoute donc une sardine pour la courber
les sardines et les liens seront vite masqués par la végétation

encore un

le dernier!
« J’éboute » (je coupe le bout de la tige) et c’est terminé.

je coupe les extrémités trop longues et c'est fini!
L'avantage de cette technique c’est que grâce à l’arcure on obtient des boutons floraux très nombreux à chaque œil du rosier. C'est donc du plus bel effet avec des cordons de roses violettes venant fleurir entre les autres variétés de roses.

"Reine des violettes" en avril 2016, les 4 branches arquées ont émises de nombreux bourgeons 

quelques mois plus tard début juin 2016, plus d'une centaine de boutons se sont développés

De plus, le rosier ainsi conduit prend peu de place, idéal si on a un petit jardin et pas forcément de mur pour palisser ou si les acrobaties à l’échelle ne sont pas notre spécialité. Enfin pour tous ceux que la taille à trois yeux rebute, la technique se passe quasiment de taille puisqu’on sélectionne principalement les tiges de l’été passé qui n’ont pas encore émis de départ secondaires. Tout le reste est éliminé. 

non je ne fais pas la tête, il pleut et il fait froid...
ce cliché pour vous montrer les longues tiges souples

Il faut toutefois veiller à sélectionner des rosiers qui aient des tiges longues et assez souples, mais pas trop.






















Pour des grimpants de petite envergure, « Reine des violettes », « Coupe d’Hébé » sont les candidats idéals. « Neige d’avril » dans la catégorie des lianes me semble aussi pouvoir se prêter à cette technique mais il prendra forcément beaucoup plus de place.


vendredi 3 mars 2017

les grues cendrées sont de passage


Ce soir vers 18h30 j'ai entendu leurs appels dans le lointain.
J'ai couru chercher l'appareil photo et j'ai mitraillé. Je m'excuse pour la qualité des clichés car trop pressées, elles n'ont pas pris le temps de la pose...

Un premier groupe d'une cinquantaine de grues cendrées sont passées au dessus de la maison, remontant vers le nord.


Cinq minutes plus tard un autre groupe l'a suivi, plus nombreux celui-ci, avec une centaine d'oiseaux.



Les grues quittent leurs sites d'hivernage du sud de l'Europe et du nord du Maghreb pour retourner vers la Scandinavie et les pays de la Baltique où elles passeront l'été.


Déjà en 2015 j'avais pu les prendre en photo, lire l'article de 2015

J'aime observer le survol de ces annonciatrices du printemps. A quand les hirondelles?